TERRE à CIEL Poésie d'aujourd'hui

Affinités poétiques - Teri Alves

 

Sur Teri Alves
Présentation
Tragédie des nues
Versées de Tage
10 actes en berce de lune
Au tendre d'aube
Sur internet
Bibliographie

Les fiches des affinités
Philippe Alexandre
Teri Alves
Jean-Marc Baholet
Gilles Bizien
Sabine Chagnaud
Corinne Cornec Orieska
Nathalie Cousin
Claude du Peyrat
Didjeko
Catrine Godin
Denis Heudré
Yves Heurté
Ali Iken
Xavier Jardin
Ludovic Kaspar
Léah
Liette la Clochelune
Jennifer Morin
Florence Noël
Porfirio Mamani Macedo
Michel Ostertag
Patrick Packwood
Pant
Hélène Soris
Gertrude Millaire
Orlando Jotape Rodriguez
Philippe Vallet
Accueil Affinités poétiques

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais il y a l'écumeur des grands chemins, et le coureur des mers.

René Guy Cadou - les liens du sang

Présentation

 

Teri Alves est né le 26 janvier 1976 et vit près de Montpellier. Premiers pas tardifs dans l’écriture, en 2001, après la découverte presque hasardeuse des poètes de la Beat Generation.

Admirateur de l’œuvre de Matthieu Messagier, « influencé » également, de près ou de loin, par Edouard Glissant, Du Bouchet, Khlebnikov, Jude Stéfan, Michel Bulteau, James Sacré. Publications en revue (Comme en poésie, Mot à maux) et en internet (Francopolis, Pleutil, Ecrits-vains).

Membre des comités de Francopolis et Pleutil.

Teri Alves n’est pas un poète. Il fait semblant. Ça plait aux filles.



Teri Alves - Tragédie des nues


Se courbant au carmin des brises...

...le tragique passage des nues enflées de leur agonie sage et perlée noire...

...née friche...

...entassés les destins dans les tombes percées d'extraits de lune...

...le visage écorché de la pierre comme nos cendres inachevées

recouvrant la limbe...

...recouvrant le présage

d'éteindre...

...d'arroser de ténèbres le concert de l'astre à vif...

...en faisant de sa larme exhibée le présent déchiré des chairs...

...la perte annonce au vent son hymne

et retient ce qu'il reste de nos fuites...

...c'est plus que tendre un linceul écarlate à la fissure de nos bagues...

...à marée brune...

...à flore absente...

...le haut des terres déborde de ces paradis obscurs

qu'éparpillent nos prières...

...ces paradis jetés à nos pieds que le temps froisse et décompose enfin...

...la tragédie des nues détache sa blessure de pourpre...

...l'époque est à calfeutrer les écorchures,

mais nous désirons toujours le sang pour étendue...

...aux cieux noirs d'ires les étoiles s'entretuent sans cesse expirant l'ultime éclat.

 

 

Teri Alves - Versées de Tage

 


...de beire allant baptême un large azur au fleuve...

...des éclats sur les rives à cueillir de tout rêve...

...aux claires des versées le ciel accoste où la baie s'ébrume...

c'est le Tage en l'immense coulée si va charriant les peines

...des brises naissantes qu'aussitôt le soleil épuise à la tarde d'août,

à ces fonds entrevus de limpide ...

...rose à l'aimée blanche et bruisse rendue va l'ornée de verves ...

...et Lisbonne y déverse des ombres à ne cesser bleuir...

...comme un élan de la flamme au loin traçant des brumes...

...parfois l'aube grisée nouvelle aux berges fait cerne...

...d'où les orients se daignent emporter à d'autres hivers...

c'est le Tage qui de nuvées s'arrime aux levants tristes

...à l'instant venu suivre le soir passant à la courbe des sables...

...longer l'amont tant s'obstine à l'incarnat la veillée...

...s'orne au remous du fleuve le triste comble du jour cessant...

...au lentement scellé des lueurs la nuit s'arrondit par reflets...

c'est le Tage, comme une arche d'eau sur un ciel de fiance

 

 

Teri Alves - 10 actes en berce de lune

 


I
L'orne lune brille en sa fureur de long dire

II

À l'amont d'une moins claire étoile

III

D'un ciel où s'étirent les allants redoublés

IV

L'allant de lune prie à claire encre son orée

V

Le Tage enlace à l'auprès rive ses bruissantes

VI

L'allée aux chères coule de maints cessants

VII

L'à vive aux bords frémis de l'étoile mime un ressac

VIII

Le soir à son allant de flâne ondoie l'en pourpre

IX

La berce de lune aux élans de morne en soir

X

La constelle effrangée d'écarlate en pers de cille

 

Teri Alves - Au tendre d'aube

 

Dans les prémices
De l'aube qui réduit la nuit
En vestiges
D'encre éparpillés
Apprendre le repentir
- Qu'une larme vers elle se laisse emporter...

En ultime éclat ne cessant or

 

Teri Alve sur internet

 

Bibliographie
  • Au tendre d'aube, Lisboa, Lady Nova et Le fané des brumes (poèmes)
    Revue Mot à maux n°2, juillet 2005
  • Leiria et Lisboa (poèmes)
    Revue Comme en poésie n°22, juin 2005
  • 10 haïkus
    Anthologie du haïku en France, Aléas éditeur, septembre 2003
  • Au bord des nuits (poème)
    La page blanche, février 2002
  • Invites-moi près de tes rêves (poème)
    Paradis noir
  • Poèmes et haïkus
    Beat Whisky & Poésie


Recommander ce site Tous ces extraits sont tous droits réservés - Demandez l'autorisation à l'auteur pour les reproduire